Transphobie
hors de nos facs !

 

Aujourd’hui en France, les personnes trans, personnes dont le genre vécu n’est pas en accord avec le genre assigné à la naissance, sont victimes de nombreuses discriminations. L’enseignement supérieur n’échappe pas à cette règle : ainsi, selon une étude américaine, un-e étudiant-e trans sur 6 est contraint-e d’arrêter ses études à cause de la transphobie.

Solidaires Étudiant-es lutte pour un changement de prénom sur simple demande dans les établissements d’enseignement supérieur et a initié localement des campagnes dans ce sens en lien avec des associations locales.


Des premières avancées :

  • À Rennes 2, il est désormais possible de s’inscrire avec son prénom d’usage sur simple lettre de demande à la DEVU (Direction des Etudes et de la Vie Universitaire), avancée obtenue grâce au travail conjoint de Ouest Trans et Commune Vision
  • À l’ENS Paris, l’inscription sous prénom d’usage est également acceptée, avec adaptation du système informatique en cours.
  • Des initiatives dans ce sens sont actuellement en cours à Nantes, Montpellier, Tours, Lille.

Nous revendiquons :

  • la possibilité d’un changement de prénom sur tous les documents sans valeur légale (adresse mail, listes d’appel, carte d’étudiant.e, etc.) sur simple demande dans les établissements d’Enseignement supérieur.
  • l’édition de deux diplômes pour les étudiant-es qui en font la demande (un avec le prénom d’Etat civil, un avec le prénom d’usage).
  • la délivrance sur demande d’un document prouvant que, dans son établissement d’enseignement supérieur, l’étudiant-e est connu-e sous un genre et un prénom différent de son état civil, ce qui facilite la procédure de changement d’état civil.
  • la formation des enseignant-e-s et des services de santé sur les question de transidentité, et la possibilité de mises en place de suivi ou de médiation en cas de problème rencontré par l’étudiant-e avec des enseignant-e-s
  • La mise en place du maximum de sanitaires mixtes, l’accomodation aux mieux possible des vestiaires et des activités sportives, et la régularisation des absences liées à une transition médicale

 

Et plus généralement nous exigeons aussi:

  • le changement d’état civil gratuit, libre, démédicalisé et déjudiciarisé, l’accès libre et gratuit aux traitements hormonaux et chirurgicaux,
  • la mise en fin des parcours humiliants et stigmatisants et la liberté de toutes les personnes à disposer de leur corps,
  • des politiques étatiques de lutte contre la transphobie, à travers notamment une meilleure formation du personnel médical et une éducation aux questions de genre, l’augmentation de toutes les aides sociales existantes, les personnes trans entre autres groupes sont très souvent précarisées.

Nous nous battrons pour ces revendications que ce soit dans la rue ou dans nos facs.

Afin que les personnes trans* puissent avoir un espace d’écoute à propos de problèmes de transphobie, de scolarisation, de soutien sur leur parcours, nous avons mis en place une adresse d’écoute confidentielle à destination des étudiant-e-s et du personnel trans* ou en questionnement sur les lieux d’étude, tenue par des étudiant-e-s trans diverses, militant-e-s ou non dans la fédération :

ecoute.trans@solidaires-etudiant-e-s.org

 

adobe

         

affiche

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes

Porte-parolat : 06.86.80.24.45

http://www.solidaires-etudiant-e-s.org/

contact@solidaires-etudiant-e-s.org